Centre régional du livre en Limousin


Contrat de progrès 2012-2015 / Documentation / Suivi de missions pour l’année 2012






 



La Région Limousin et l’État (DRAC du Limousin) ont signé le 2 février 2012 un Contrat de progrès pour l’économie du livre (CPEL) en Limousin.
Ils ont confié au Centre régional du livre en Limousin (CRLL) l’animation de ce CPEL qui se déroule sur une période de trois ans (2012-2014).
Le CPEL a pour axe stratégique la pérennisation et le développement de la filière économique du livre en Limousin. Il s’articule autour de quatre objectifs stratégiques spécifiques et de plusieurs objectifs intermédiaires puis opérationnels matérialisés par des actions ciblées.
Le CRLL pilote l’ensemble de ces actions et en assure l’animation, soit directement par ses salariés, soit en externalisant une partie des suivis de missions.
Le présent cahier des charges présente les quatre missions pour lesquelles le CRLL fait appel à un cabinet extérieur pour le suivi de ces missions, en étroite collaboration avec les salariés du CRLL en charge du CPEL.
Le suivi de ces missions doit se dérouler sur l’année 2012, en cohérence avec les autres actions du CPEL.

Optimiser le transport des livres pour les libraires (Fiche action LIB I C1)
Cette mission consiste, en 2012, à :
- Recenser les offres existantes pour le transport des livres.
- Contacter les libraires ayant bénéficié des services du GIE LAGSO.
- Étudier le coût du transport pour les libraires du Limousin.
- Contacter l’ensemble des professionnels concernés par cette question (CLIL, PRISME, autres CRL du grand Sud-Ouest).
- Présenter aux libraires le résultat de ces investigations.
Ce suivi de mission est susceptible d’être reconduit en 2013 avec la proposition de solutions nouvelles et, le cas échéant, l’expérimentation d’un nouveau mode de transport mutualisé.

Favoriser l’informatisation des librairies (Fiche action LIB II C1)
Cette mission consiste, en 2012, à :
- Comparer l’offre des logiciels spécialisés existants.
- Présenter ce comparatif aux libraires susceptibles de bénéficier d’une aide à l’informatisation.

Développer les marchés nationaux pour les éditeurs : aide au choix du meilleur mode de diffusion (Fiche action EDI II B 3)
Cette mission consiste, en 2012, à :
- Recenser les diffuseurs/distributeurs susceptibles de travailler avec les éditeurs du Limousin.
- Contacter les éditeurs en Limousin (environ quinze structures) ayant une diffusion/distribution déléguée ou envisageant de la déléguer.
- Assister les éditeurs volontaires (cinq maximum) dans l’évolution de leur diffusion-distribution.
Cette mission pourra être reconduite en 2013.

Optimiser la distribution des livres des éditeurs du Limousin en région (Fiche action EDI III A 1)
Cette mission consiste, en 2012, à :
- Recenser les modes actuels de distribution des livres des éditeurs du Limousin dans la région.
- Contacter les éditeurs (environ douze structures) dont la zone de chalandise est principalement régionale.
- Étudier les possibilités d’optimiser cette distribution par des actions mutualisées.



Le Bilan 2012

I. Librairies

I. A. Favoriser l’implantation des librairies et le développement de leur chiffre d’affaires

Sept librairies ont bénéficié d’un accompagnement à la création, à la reprise et au développement d’entreprise, à Aixe-sur-Vienne, Brive-la-Gaillarde, Égletons, Magnac-Laval, Meymac, Saint-Junien et Tulle.

I. B. Professionnaliser les structures

Deux formations d’un total de trois jours ont été préparées par le CRLL (Centre régional du livre en Limousin) et assurées par l’INFL (Institut national de formation de la librairie), d’un coût de 5 023 euros pris en charge, à hauteur de 80% par le CPRDF (Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles) de la Région :
• « Répondre aux marchés publics », le 21 mai.
• « La gestion de stocks », les 1e et 22 octobre.
Les vingt-six libraires participants ont jugé ces journées très positives.

I. C. Optimiser le transport

Une mission a été confiée à la société L’Épaulette sur le transport des librairies en Limousin. Il s’agissait essentiellement de faire un point sur la dissolution, fin 2011, de LAGSO (Libraires associés du Grand Sud-ouest) qui regroupait quarante à cinquante libraires indépendants pour mutualiser les flux de livres. Une analyse de cette liquidation, des conséquences sur les librairies du Limousin (cinq en faisaient partie) et des témoignages sur leurs difficultés rencontrées a été formulée.
Une action d’expérimentation sur le mode de transport du livre en librairie a été repoussée, voire abandonnée, jugée prématurée dans l’attente des conclusions de la réflexion menée en Auvergne par l’association régionale des libraires (LIRA) sur la faisabilité d’une plateforme logistique en concertation avec les régions limitrophes du Massif Central (Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées…).

I. D. Promouvoir la librairie et conforter son rayonnement

Un dépliant 14 coups de cœur de libraires ! a été réalisé par l’ALIL (Association des libraires indépendants du Limousin : « La plus grande librairie du Limousin »), pour l’été 2012, et édité à quinze mille exemplaires, répartis dans trente-neuf points de vente dans toute la région. Chacun des quatorze adhérents y a proposé son coup de cœur de lecteur du moment.

I. E. Favoriser l’informatisation des libraires

Le 9 juillet, a été organisée une journée d’étude sur l’informatisation des librairies animée par Mathilde Rimaud, de L’Épaulette, en présence de cinq libraires ou futurs libraires. Les témoignages de certains d’entre eux ont été complétés par un exposé de la représentante de la DRAC sur le fonctionnement de dispositifs d’aides à l’informatisation et les documents d’aide à la décision ; l’Association des librairies informatisées et utilisatrices de réseaux informatisés (ALIRE) a présenté ses actions.
Sept librairies ont bénéficié, en 2012, d’une aide à l’informatisation, notamment grâce au soutien de la DRAC pour un montant de 18 000 euros.

Les libraires du Limousin ont également été sensibilisés aux enjeux de la vente de livres par Internet et, en particulier, à l’offre qui leur est faite par les deux sites de libraires indépendants : leslibraires.fr et lalibrairie.com. C’est ce dernier qui est pour l’instant largement plébiscité par les libraires du Limousin puisque dix-neuf d’entre eux y participent.

II. Éditeurs

II. A. Favoriser l’implantation des maisons d’édition et le développement de leur chiffre d’affaires


Sept maisons d’édition ont été accompagnées dans leurs démarches de création.
Art nOmad, par exemple, est une association dont la mission essentielle est de créer et diffuser l’art contemporain, par un travail direct sur le terrain avec différents publics. Depuis treize ans, l’artiste Clorinde Coranotto tient un journal de bord où elle raconte ses expériences de plasticienne. Aujourd’hui, elle se fixe un nouveau défi, à savoir réaliser avec toute cette matière une sorte de « livre bilan d’étape » retraçant sa démarche d’artiste : transmettre.

II. B. Professionnalisation des structures

Deux sessions de formation pour un total de quatre journées ont eu lieu en 2012, coordonnées par le CRLL et assurées par l’ASFORED (Centre de formation du Syndicat national de l’édition). Le coût de ces formations est de 10 764 euros, pris en charge directement par le CPRDF, à hauteur de 80% par la Région Limousin et les OPCA (organismes paritaires collecteurs agréés).
Les thèmes traités :
• « Autodiffusion : Comment bâtir une commercia-lisation professionnelle ? », les 18 et 19 septembre. Neuf structures y ont participé.
• « Les outils du marketing opérationnel au service de l’éditeur : plan marketing et plan de communication », les 21 et 22 novembre. Huit structures y ont participé.

II. C. Développer les marchés nationaux

Les éditeurs du Limousin ont été présents dans plusieurs salons du livre de 2012 en France :
deux d’entre eux avaient un stand au Marché de la poésie, à Paris, du 14 au 17 juin ; sept se sont rendus au festival international du livre et du film Étonnants voyageurs de Saint-Malo, du 26 au 28 mai : ce dernier a rencontré un certain succès commercial puisqu’il a permis la vente de quatre cent trente livres pour un chiffre d’affaires de 7 000 euros et un bénéfice de 3 000 euros. En outre, ces salons ont été l’occasion d’établir des contacts entre professionnels. En novembre, deux éditeurs ont participé au salon Pages, du 23 au 25 novembre ; deux aussi au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, du 28 novembre au 3 décembre, et deux également au Salon des sciences humaines, du 23 au 25 novembre, à Paris.

Mathilde Rimaud (L’Épaulette) a réalisé une enquête auprès des maisons d’édition de la région pour faire le point sur la situation de leur politique commerciale. Elle s’est penchée, en particulier, sur la question de l’optimisation de la diffusion et de la distribution, faisant le constat que plus de la moitié des éditeurs sont en autodiffusion. Pour elle, les forces des éditeurs résident dans leur utilisation de comptoirs parisiens, la distribution déléguée ainsi que les conditions commerciales correctes obtenues. En revanche, elle relève un vrai manque d’outils de suivi commercial et de moyens humains, mais aussi une absence de dialogue avec les diffuseurs ainsi qu’un plan éditorial pas toujours structuré avec une insuffisance d’outils de communication. Cela met en danger les maisons d’édition qui manquent de stratégies commerciales adaptées, en butte à des coûts élevés (tarifs postaux). L’étude propose en conclusion six pistes de travail afin d’améliorer la commercialisation des éditeurs.

II. D. Développer les marchés internationaux

Le travail de prospection a été fait fin 2012 pour une présence effective début 2013, au Salon du livre de Bruxelles.

II. E. Optimiser la distribution en région

L’expérimentation est prévue pour 2013.

II. F. Favoriser la numérisation des ouvrages

La position des éditeurs est très nuancée vis-à-vis du numérique. Certains refusent totalement de s’en servir, mais une vingtaine d’éditeurs sont partants pour une réflexion collective sur les évolutions du numérique. Six éditeurs ont déjà avancé dans ce domaine et plusieurs d’entre eux souhaiteraient développer des applications numériques sur le modèle du processus créé par les Éditions Audois & Alleuil.
Le 17 octobre, lors de la journée « Éditeurs », les responsables d’Audois & Alleuil ont dévoilé leur projet d’application pour tablette numérique. Leur premier livre numérique, La Princesse aux petits prouts, connaît un beau succès tant au niveau des ventes (plus de mille) que des critiques. Le site piluke.com a également été exposé : il propose un service d’agent littéraire virtuel mettant en relation des auteurs, des lecteurs et des éditeurs.
Le directeur du CRDP du Limousin, Patrick Camiliéri, a présenté son projet d’expérimentation d’un modèle d’impression à la demande. Cette réflexion sur le print on demand a été menée en 2012, en associant les professionnels des industries graphiques, les éditeurs intéressés et le CRDP du Limousin. Un tel service à l’échelle de la région ne peut pas trouver son modèle économique s’il n’est pas porté par un imprimeur qui en verrait l’intérêt dans son développement professionnel.

Une formation a été organisée sur ce sujet :
• « Éditeur aujourd’hui, éditeur demain : opportunités et exploitations du numérique dans l’édition », le 18 juin. Quinze structures y ont participé.

III. Interprofession

III. A. Anticiper les mutations technologiques

Une journée interprofessionnelle sur le thème de « Mutation des métiers du livre et de la lecture à l’ère numérique » a eu lieu le 4 juin, au Pôle de Lanaud (Boisseuil), réunissant cent dix personnes de toutes les professions du livre pour un budget de 3 500 euros. François Vielliard (du Centre d’analyse stratégique) y a donné une conférence sur les acteurs de la chaîne du livre à l’ère numérique, conclue par un débat. Une table ronde sur le numérique dans l’écosystème du livre a suivi, puis une visite des stands des vingt-sept éditeurs du Limousin présents, de l’ALIL et du CRLL. Trois ateliers ont été mis en place : un speed dating entre prestataires de l’édition et éditeurs, un atelier sur le thème de « Comment vendre des livres sur Internet ? » et un troisième autour de la question « Comment valoriser les fonds de la bibliothèque par le numérique ? » Selon les fiches d’évaluation rendues par les participants, se dégage une satisfaction générale et un souhait de reconduction annuelle.

III. B. Favoriser l’accès des librairies aux marchés publics

Une enquête a été menée auprès des libraires pour connaître leur position sur la mise en œuvre du dispositif de la gratuité des livres scolaires pour les Terminales mis en place par la Région. De nombreuses interventions ont eu lieu auprès des services de la Région pour proposer un ajustement de ce dispositif pour l’intérêt de tous.

IV. Communication

Le CRLL a mis en place des outils de communication pour rendre plus visibles les actions entreprises (création d’un logo, affiches synthétiques…) et a édité le premier numéro des Progrès du Contrat.